Le village de Pommard

Pommard. Village célèbre au nom savoureux et rablaisien, qui « résonne comme un roulement de tambour et chante en deux syllabes, toute la gloire de la Bourgogne d’Or »

Le bourg, à l’apparence d’une petite ville, se blottit au milieu de son vignoble, soigné avec amour, et de ses clos entourés de murailles.

Tout d’équilibre et d’harmonie, le village est d’un accès facile. Situé à flan de coteau à 250 mètres d’altitude, il est à quatre kilomètres au sud de Beaune.

L’origine du nom de Pommard rappelle sans doute le souvenir du temple dédié à Pomone, déesse des fruits et des jardins, que ses premiers habitants vénéraient.

Comme à Beaune, le plus grand nombre de vignes appartient dès le XIème siècle aux ducs, aux princes et aux ordres religieux. Durant le XIIIème siècle, cette terre est la propriété d’ Alix de Vergy, épouse du duc de Bourgogne Eudes II, puis aux archevêques de Lyon , elle revint ensuite au domaine ducal , à de grandes familles : de Vienne, de Montjeu, de Salins... La Maison Dieu, date de 1095, et l’on cite des donations de vignes à l’abbaye Saint Bénigne de Dijon, à la collégiale de Beaune, aux religieux de Saulieu et du Val des Choux, de Cîteaux et de Maizières, aux chevaliers de Saint Jean de Jérusalem, aux Hospices de Beaune…

L’église fortifiée, bâtie en 1350, entourée de remparts fut bien utile pour le refuge des villagois au cours des siècles qui ont suivi. Siège des troupes de Louis XI en 1477, guerres de religion…

Devenue irréparable elle fût remplacée, en 1754, par celle que nous connaissons actuellement.

De style classique elle a été inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1976.

Le village possède de belles demeures ; Le château de la Commaraine date du Xème siècle ; le Château de Vivant Micault, directeur général des poudres et salpêtre du royaume au début du XVIIIème siècle offre de superbes dépendances à l’intérieur de son clos d’un seul tenant de 20 ha.

Les vins de Pommard sont réputés depuis le Moyen Age et ce nom, sonore, facile à prononcer et qui emplit la bouche acquiert une notoriété mondiale au XIXème siècle.

De nombreuses randonnées pédestres sont possibles dans les chemins, au milieu du vignoble.

La véloroute, appelée la voie des vignes, relie Beaune à Santenay et traverse le village.

Daniel Rebourgeon.

Mentions Légales     Réalisation : Galopweb